1887

Le développement économique en Afrique 2014

Catalyser l’investissement pour une croissance transformatrice en Afrique

image of Le développement économique en Afrique 2014
Le développement économique en Afrique 2014

French English

.

Catalyser l’investissement pour une croissance transformatrice en Afrique: principales conclusions et recommandations

L’Afrique est entrée dans le XXIe siècle d’un bon pied. La plupart des pays africains ont enregistré, au cours de la dernière décennie, un bon niveau de croissance économique comparé aux niveaux historiques de croissance du continent, et aussi au taux moyen de croissance de l’économie mondiale. Mais si la croissance globale de l’Afrique dans la période récente a été bonne, il semble bien que divers pays africains connaissent un type de croissance très peu satisfaisant en ce sens que le chômage reste extrêmement répandu et que cette croissance n’a pas permis de réduire notablement la pauvreté. L’une des raisons de ce phénomène de croissance sans emplois en Afrique est que le continent n’a pas suivi un processus normal de transformation structurelle où, à un niveau aussi bien intrasectoriel qu’intersectoriel, des activités à faible productivité sont progressivement remplacées par des activités à forte productivité. Dans ce processus normal de transformation économique, les conditions initiales se caractérisent par une part élevée de l’agriculture dans le PIB puis, à mesure que les revenus augmentent, la part de l’agriculture diminue et celle de l’activité manufacturière augmente. Ce processus se poursuit jusqu’à ce que l’économie atteigne un niveau relativement élevé de développement où la part de l’agriculture et de l’activité manufacturière diminue, tandis que celle des services augmente. Le changement structurel observé en Afrique n’a pas suivi ce processus. Au cours des trois dernières décennies, le continent est passé d’une situation où l’agriculture représentait une part très élevée de la production à une situation où le secteur des services, en particulier des activités de services à faible productivité, domine la production. Cette transition a eu lieu sans développement appréciable de l’activité manufacturière, source fondamentale de création d’emplois. Il n’est donc pas surprenant que l’Afrique ait connu une croissance non créatrice d’emplois au cours de la dernière décennie.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error